La guerison d’un mendiant aveugle

Illustration de la guérison de Bartimée par Jésus

Le texte qui nous intéresse aujourd’hui se trouve dans l’évangile de Marc 10:46-51

Ils arrivèrent à Jéricho, lorsque Jésus sortit de la ville avec ses disciples et une assez grande foule, Bartimée, le fils aveugle de Timée était assis en train de mendier au bord du chemin, il entendit que c’était Jésus de Nazareth, et se mit à crier :

– fils de David, aie pitié de moi.

Beaucoup le reprenaient pour le faire taire, mais il criait beaucoup plus fort :

– fils de David, aie pitié de moi.

Jésus s’arrêta et dit, appelez-le.

Ils l’appelèrent l’aveugle en lui disant, prends courage, lève-toi, il t’appelle.

L’aveugle jeta son manteau et se levant d’un bond, vint vers Jésus.

Jésus prit la parole et lui dit :

– que veux- tu que je fasse pour toi.
– mon maître, lui répondit l’aveugle, que je retrouve la vue.

Jésus lui dit :

– vas-y, ta foi t’a sauvé.

Aussitôt il retrouva la vue et il suivit Jésus sur le chemin.

Chers, frères et sœurs en Christ, quand j’ai lu ce texte, j’ai été frappée par la portée que de ce récit pouvait avoir sur chacun d’entre nous.

Bartimée, mendiant à Jéricho a dut vivre avec cette cécité, dépendant des autres, pas chose facile, rejeté sûrement, méprisé c’est certain et obligé de mendier pour survivre.

Cette histoire doit nous interpeller tous, car il serait absurde de faire une lecture sectaire de ce récit, mais beaucoup plus. Au delà de la maladie physique de Bartimée, chacun peut se sentir concerné, parce qu’être aveugle peut aussi être une maladie mentale et morale, dans un monde hostile, pervers, instable, qui nous entraîne, quelques fois à des conduites pour le moins déroutantes.

Que signifie cette parole de Jésus, et comment pouvons nous la vivre ?

Que signifie donc être aveugle, et que devons nous faire ?

Être aveugle c’est celui qui est privé de l’usage de la vue d’une part, et ici je parlerai d’un autre type d’aveugle, celui qui manque de jugement, de clairvoyance, manipulé, sous influence, enfin, tout ce qui est contraire à la volonté de Dieu.

Oui quand on ne peut pas faire de discernement entre le bien et le mal, c’est que nos yeux ne voient pas.

Bartimée dans son cas a eu le courage d’appeler Jésus et cette foi en Jésus, qui était le seul à le guérir, si nous devons nous aussi appeler Jésus, mais avant de le faire, reconnaissons d’abord que, nous sommes malades et que nous avons besoin d’être soignés, guéris, restaurés, être remis sur pieds et le suivre.

Les aveugles étaient considérés comme étant sous le coup d’une malédiction divine, mais Jésus rejette cette interprétation lorsqu’il guérit l’aveugle.

Hier, c’était Bartimée, aujourd’hui, c’est à nous que le Seigneur tend la main et ne nous repoussera pas quelque soit notre maladie.

En appelant,Jésus, fils de David, Bartimée reconnaît en lui le libérateur annoncé par les prophètes et cette foi le conduit vers la guérison.

Nous ignorons depuis combien de temps dure cette cécité ,mais ce qui est important, c’est qu’il a eu la force d’appeler à l’aide.

Il nous faut parfois surmonter réticence, la peur, la honte, le doute, le regard des autres, l’orgueil pour faire le pas de nous adresser à Jésus.

L’audace de Bartimée peut inspirer, car sans même avoir vu les miracles accomplis par le Seigneur, il réagit en fonction de ce qu’il a entendu.

De notre coté, nous découvrons Jésus au travers les évangiles.

Puissions nous faire partie de ceux dont l’apôtre Pierre parle : « Vous l’aimez sans l’avoir vu, vous croyez en lui sans le voir encore, et vous vous réjouissez d’une joie indescriptible et glorieuse »  Pierre 1 : 8

Peuple de Dieu, les textes bibliques nous parlent très souvent, prenant le temps de les lire, les méditer et les mettre en pratique.

Une fois de plus le Seigneur Jésus nous appelle à nous tourner vers lui, quelque soit notre être, il nous accepte tels que nous venons à lui,  en acceptant de nous dépouiller de ce qui nous encombre, « nous étions tous comme des brebis égarés, chacun suivait sa propre voie et l’Éternel a fait retomber sur lui nos fautes à tous » Ésaïe 53 : 6

Une fois de plus notre foi est mise à l’épreuve, faisons comme Bartimée, en appelant le Seigneur Jésus à notre secours car il est venu pour que le monde soit sauvé.

Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *